Des cyano dans les veines

Publié le 8 Août 2013

4 et 5 aout 2013, il est comme cela, des sorties bien singulière.

Ce WE je me suis rendu sur la Valouse.

Je n'y avais pas trempé un nylon depuis le 20 avril! ça ne m'était jamais arrivé de lui faire autant d'infidélités!

En fait, ses eaux coulent dans mes veines. Mais cette année nous n'avons pas trouvé de moment où moi et elle étions disposés; Les nombreuses crues sévissant en fin de semaines y étant pour beaucoup.

Ces retrouvailles je les attendais cependant avec pas mal d’anxiété. Et pour cause, tous les résultats catastrophiques des pêches d'inventaires sur son cours et l'ensemble de ses affluents ont démontrées, ce que nous redoutions tous: la chute abyssale des populations de poissons et plus particulièrement des salmonidés. Cet état de fait m'avait foutu un gros coup au moral.

Donc une grande envie de la retrouver, mais avec également une énorme appréhension m'envahissaient sur le trajet.

L'état des fonds est particulièrement dégradé
L'état des fonds est particulièrement dégradéL'état des fonds est particulièrement dégradé
L'état des fonds est particulièrement dégradéL'état des fonds est particulièrement dégradé

L'état des fonds est particulièrement dégradé

Premier constat: l'état des fonds. C'est blindé d'algues, notamment les fameuses filamenteuses.

C'est pas chouette! mais c'est malheureusement un épisode estival courant ces dernières années sur cette rivière.

Ensuite la température de l'eau. Autant le matin la prise de température oscillait autour de 17°C, autant l'après midi elle prend 3°C!

De plus la quasi-absence de truites vues lors de cette session de pêche (pas moins de 13 heures de pêche tout de même).

De quoi être démoralisé et laisse également un sentiment d'impuissance devant tant de conneries humaines.

J'aimerai pouvoir, dans des moments comme celui-ci, mettre un colt sur la tempe de l'humanité et lui dire: "alors on fait quoi maintenant? on tente une cohabitation, en toute intelligence avec notre mère nourricière?

Dans tout les cas si le percuteur choque, la nature se débrouillera bien seule, sans le parasite humain!"

Les écrevisses signal sont toujours là en très très grand nombre.
Les écrevisses signal sont toujours là en très très grand nombre.

Les écrevisses signal sont toujours là en très très grand nombre.

Quelle est leur rôle dans la raréfaction des poissons?

Au vu la prolifération de ces crustacés, cela ne peut être qu'au détriment, d'une manière ou d'une autre, des autres espèces aquatiques. L'alimentation mais aussi l'occupation des habitats: au final, on sait peu de chose sur son impact.

Des cyano dans les veines

Les vairons, les blageons, spirlins, même les populations d'hotus sont en diminution ces dernières années. Pourtant la quantité de ces bestiaux qui pouvait être présent en aval de la Valouse!

Celui-ci succombera à un gamarre JFD

Celui-ci succombera à un gamarre JFD

Des cyano dans les veines
Les barbeaux aiment se bronzer la pillule après un bon repas!

Les barbeaux aiment se bronzer la pillule après un bon repas!

Les barbeaux eux sont très actifs en cette saison. Et c'est tant mieux!

Je m'était donner comme objectif de pêcher un spot que je n'ai pas pêché de puis très longtemps, en tout cas pas depuis savoir un peu près pêcher ces obus: Une grosse veine d'eau avec un super contre courant où vient tourner un ban de 40 à 50 poissons (barbeaux, chevesnes et hotus).

Après une approche très discrète, je laisse descendre sous la canne, une très grosse nymphe en marabou très peu plombé. Arrivée sur le fond, elle est régulièrement visionnée par les différents poissons sans pour autant être aspirée. Jusqu'au moment où le plus gros barbu du ban s'en saisi. Là commence un long combat qui finira après 10-15 minutes par la rupture du 14/100.

Cependant, à aucun moment le reste du ban a été paniqué. Donc quelques minutes plus tard je retente ma chance et rebelote ce sera à nouveau le plus gros barbu qui finira à l'épuisette après un aussi rude combat.

67cm un corps de fusée, une puissance camionèsque et une endurance de maratonnien!

67cm un corps de fusée, une puissance camionèsque et une endurance de maratonnien!

Ces deux séances de pêche ne sont pas si ridicules que cela puisque quelques truites et ombres (par accident) on été pris en sèche. pour ne pas les déranger, je ne prendrai pas le temps de les photographier. Ils sont bien assez fatigués, abréger le combat et les libérer au plus vite sont bien le minimum qu'on puise faire.

Au final cette rivière est souffrante. Elle n'est pas morte et nous offre encore de beaux moments à passer à ses cotés!

Malgré la passion, je commence à comprendre les pêcheurs qui arrêtent la pratique de la pêche par dégoût de ce que leurs rivières sont devenues par rapport à celles qu'ils ont connu.

Il faut avoir un coté masochiste pour continuer cette passion! Du plaisir au bord de l'eau, mais tellement douloureux de voir sont terrain de jeux se casser la gueule dans la plus grande indifférence.

La Valouse se meurt. Le pêcheur à un genou à terre. Mais c'est évidemment le moment où jamais de tenter l'ultime geste pour elle...

Rédigé par Gaël DELORME

Publié dans #peche

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Manu 19/08/2013 14:42

Salut Gael, je te comprends, j'ai eut la même désillusion cet été sur la Seille sur les spots d'Arlay.
beaucoup d'algues filamenteuses, les fonds totalement recouverts, des populations de poissons en baisse, truites, chevesnes, blageons... les maïs, eut ont l'air de moins souffrir, ils sont arrosés constament. A bientôt au club HRA. Manu

Gaël 24/08/2013 15:05

Tout à fait Manu. Mais là ça a plus l'air d'une désillusion. Il s'est passé quelque chose sur la Valouse cette année. Certains secteurs aval n'ont plus aucun poissons (salmo, blancs,...) alors que tout semblait normal au mois d'avril. Notre dépositaire est même allé voir avec masque et tuba: bilan, plus rien sur près d'1 km de rivière...affaire à suivre

Mr Mouches 08/08/2013 22:56

sympa ton blog, c'est bien écrit !